Rosacée, rougeurs, couperose... On fait le point

Rosacée, rougeurs, couperose... On fait le point
BB HYDRATANT TEINTE Anti-Rougeurs - Clair

BB HYDRATANT TEINTE Anti-Rougeurs - Clair

Peau sujette aux rougeurs Je découvre

Vous souffrez de rougeurs localisées sur le visage et aimerez savoir comment les traiter efficacement ? Entre rosacée, rougeurs et couperose, le Dr. Nina Roos, dermatologue à Paris, nous aide à y voir plus clair.

Quelle est la différence entre une rosacée, une couperose et des rougeurs ?

Dr. Nina Roos, dermatologue : Ces trois termes désignent en fait à peu près la même chose à des stades différents. Le nom dermatologique de la maladie est la rosacée qui évolue en 4 stades :

Le stade 1 est un stade de rougissement brusque (appelé également « flush ») causé par exemple par une pièce chauffée, par une prise de parole en public, ou encore par un plat épicé, avec ensuite un retour à la normale.

Le stade 2 se remarque un peu plus car on se retrouve avec des rougeurs permanentes qui peuvent être toutes fines et qu'on appelle « erythrose », ou avec des vaisseaux un peu plus dilatés, qu'on appelle communément « couperose ».

Le stade 3 est une rougeur permanente avec des petits boutons sur les joues et le menton qui ressemblent à de l'acné.

Le stade 4 de la rosacée ne se rencontre quasiment pas et touche principalement les hommes, c'est le stade du rhynophyma – le gros nez déformé.

Au final, les dermatologues parlent de rosacée et les patients parlent de rougeurs ou de couperose.

Pourquoi la rosacée apparaît-elle ?

La rosacée, c'est un peu comme les varices du visage. En fait, les grosses veines sous-jacentes au niveau de la tête ne fonctionnent plus très bien et le sang a alors tendance à stagner en surface et les vaisseaux capillaires à se dilater, d'une façon d'abord réversible (le stade de « flush ») puis d'une façon plus permanente et visible au fil des années.

Qui est touché par la rosacée ?

Il y a un terrain génétique qui prédispose à la rosacée, principalement chez les personnes avec une peau et des yeux clairs, d'origine nordique. Les statistiques montrent également que ce sont plutôt les femmes qui consultent mais on aurait à peu près la même prévalence chez les hommes que chez les femmes. De façon générale, ce sont de 3 à 5% des Français qui sont touchés par la rosacée, c'est donc une pathologie assez fréquente.

Quels sont les facteurs aggravants de la rosacée ?

Si on passe du temps dans des climats très chauds ou au contraire très froids et venteux, si on mange très épicé ou très alcoolisé, cela peut aggraver le problème, et on peut passer plus rapidement du stade 1 de la rosacée au stade 2 par exemple.

Comment alors prévenir l'apparition de la rosacée ou tout au moins ralentir son évolution ?

En appliquant des soins très apaisants sur la peau, en ne la brusquant pas avec des changements de température constants, on arrivera à freiner le développement de ces vaisseaux.

Et si la rosacée est installée, est-il possible de la traiter ?

Oui bien sûr ! On ne peut pas traiter la cause, c'est-à-dire la tuyauterie, les problèmes veineux, mais on traite du coup la conséquence. Avec plusieurs séances de laser vasculaire, on va coaguler les vaisseaux capillaires de surface ce qui va donner une peau moins réactive, avec moins de rougeurs pour quelques années. On ne pourra pas malgré tout complètement enlever les problèmes de « flush », il devra donc y avoir une part d'acceptation quand on a une peau réactive.

Merci au Dr. Nina Roos, auteur du livre "Une peau en pleine forme !" (Editions Solar), d'avoir répondu à nos questions. Rendez-vous sur son site www.monsitebeaute.com.​

Sur le même thème ...

Produits complémentaires